Interview

Interview avec la propriétaire d’entreprise Dr. Kerstin Kellermann e. K.

Madame, vous êtes titulaire d’un doctorat en sciences économiques et vous parlez cinq langues. Qu’est-ce qui vous a incité, en 2005, à choisir la voie de l’entreprenariat ?
« Après l’achèvement de ma thèse de doctorat, j’ai voulu faire du vide dans mon appartement. J’ai découvert eBay et ai été enthousiasmée par les opportunités offertes par l’eCommerce. Avec des descriptions précises des produits et de bonnes photos des articles, j’ai pu réaliser environ 10.000 euros en vendant de vieux livres, des articles de sport ainsi que des vêtements que je ne portais plus. C’est à partir de ce succès qu’est née l’idée de créer une entreprise dans le domaine de l’eCommerce. »
Vous auriez également pu poursuivre vos activités eBay à titre accessoire, à côté d’un autre métier. Pourquoi vous êtes-vous immédiatement lancée dans une activité indépendante ? Avez-vous touché une aide financière de l’État ?
« Non, mais j’avais un capital de départ de 10.000 euros que j’avais réalisé moi-même. Dans ma famille, l’entreprenariat est une tradition. Je n’avais pas peur des risques liés à une entreprise, mais il me fallait encore une idée de produit innovant. »
Faisiez-vous déjà du golf à l’époque ?
« Oui, bien sûr, et j’avais déjà à l’époque une prédilection particulière pour les sacs de golf originaux. L’idée d’une propre collection de sacs de golf est née rapidement. La marque ‘Kellermann Golf’ est venue quasiment du jour au lendemain. »
Le sac de golf tour staff Montecastillo et le sac de golf trépied Alcanada étaient-ils déjà brodés individuellement, eux aussi ?
« Non, les premiers sacs de golf de Kellermann Golf se distinguaient uniquement par leur design et leurs détails innovants. En particulier le modèle Montecastillo a été très bien reçu par la clientèle en ligne en Espagne et en Italie. Après que les premiers joueurs professionnels ont voulu utiliser ce sac, la demande dans le domaine des sacs de golfs brodés individuellement a vite augmenté. »
Et comment avez-vous réagi à ce marché ?
« J’ai développé un sac de golf tour staff d’abord brodé à l’état désassemblé, puis réalisé et fini avec l’aide d’un cordonnier. Le cordonnier accomplissait un travail manuel remarquable, mais l’entreprise de broderie à laquelle j’avais recours ne s’en sortait pas avec le positionnement des motifs brodés et l’urgence des commandes. C’est ainsi que j’ai rapidement acquis ma première propre machine à broder et que j’ai appris à broder et surtout à programmer la broderie en un laps de temps éclair. »
En 2008, vous avez livré aux USA un premier sac de golf tour staff intégralement brodé individuellement. Ce sac avait-il encore été réalisé et fini par le maître cordonnier ?
« Oui, mais j’ai vite découvert encore d’autres techniques de production. Les premières impulsions me sont venues du capitonnage artisanal – plus tard, les techniques de suture innovantes issues de la chirurgie esthétique ont suivi. Il était très
difficile de former une main-d’œuvre spécialisée compétente étant donné que les travaux de couture à la main étaient très laborieux et éprouvants. »
Vos sacs de golf sont-ils aujourd’hui encore cousus à la main ?
« Non, il n’y a plus que les modèles Masters et St. Anne qui le sont, mais nous allons les retirer du programme à long terme. Cependant, les parties telles que la bandoulière et la bordure inférieure du sac restent réalisées à la main sur tous les modèles. »
Vous avez évoqué le fait que vous aviez remodelé votre concept de production en 2011 – pourquoi ?
« Les travaux de couture à la main demandaient trop de temps et étaient trop exigeants pour notre main-d’œuvre spécialisée. Il nous fallait des délais de production plus courts, car les contrats de sponsoring des joueurs professionnels changent à une vitesse fulgurante. Sur le marché amateur, la situation est similaire. Les cadeaux pour des jubilées, des cérémonies de départ ou autres manifestations liées à des dates fixes sont le plus souvent commandés à la dernière minute seulement. »
Qu’est-ce que vous avez changé au juste ?
« J’ai développé un système de production basé sur des modules – comparable à ceux utilisés dans l’industrie automobile. Aujourd’hui, la collection est nettement plus condensée, le client peut uniquement choisir parmi un nombre bien précis de couleurs de base et de modèles. Mais en contrepartie, le délai de production est plus court et le rapport qualité-prix est meilleur. Grâce à mon cursus de doctorat en logistique, je possédais les connaissances spécifiques requises pour pouvoir mettre en œuvre ce changement en matière de logistique de production. »
Comment considérez-vous votre position au sein de la branche ?
« Le segment des sacs de golf customisés constitue une niche relativement protégée au sein du marché fortement disputé du golf. Le golf est un sport en plein essor. Les produits personnalisés sont extrêmement tendance dans toutes les branches. Mon entreprise connaît une croissance constante, mais elle restera quand même – à mon sens – ‘petite mais raffinée’ afin de satisfaire aux exigences particulières de la clientèle. »
Une dernière question : votre emploi du temps paraît être très chargé avec votre entreprise – parvenez-vous encore à avoir une vie privée à côté de cela ?
« Oui, naturellement ! Il me reste encore suffisamment de temps pour travailler mon handicap. Mais également lorsqu’il arrive que les balles ne volent pas comme elles devraient, l’activité au grand air est une compensation idéale. »
Merci beaucoup pour cet entretien.